Les médecines douces constituent un complément éventuel et non une alternative à la médecine de type classique. Elles s’inscrivent cependant de manière tout à fait naturelle dans l’acception et la définition de la santé donnée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) :« La santé est un état de complet bien-être physique,mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.»

APSAMED n’admet en aucune façon des membres qui, par leurs références ou leurs pratiques, s’identifieraient aux adeptes d’une secte. Bien au contraire, APSAMED réfute et s’oppose à toute appartenance et à toute dérive de type sectaire.

L’extraordinaire succès rencontré auprès du public par les médecines douces nous impose de prendre clairement partie à ce sujet, dans l’intérêt des patients. Par ailleurs, APSAMED œuvre, notamment par son action auprès de parlementaires, en faveur de la reconnaissance complète d’un point de vue légal du statut des médecines douces et de la création d’un cadre législatif permettant d’éviter ou de limiter, la survenue ou le développement, dans ce secteur d’activité de tout risque sectaire