Faire un don au site

Vos dons sont essentiels, ce sont eux qui assurent le développement du site et garantissent son indépendance.













Nombre de visiteurs en ligne

L’angoisse des canards d’élevage par Michel Fize

 

Je lisais, il y a quelques jours un article dans Le Monde (09-10/04/17) intitulé « L’angoisse des éleveurs de canards ». Mon sang n’a fait qu’un tour ! La même irritation ressentiel qu’il y a peu à propos de la « crise du porc » – entendez « la crise des éleveurs de porcs ». Dans les deux cas, pas un mot sur l’animal. Il est vrai que, dans la logique libérale-capitaliste-financière, cet animal-là : porc, canard, mais aussi vache, agneau, poulet, et quelques autres « bêtes de la ferme », est moins un être vivant « doué de sensibilité » qu’une marchandise destinée à la consommation (les éleveurs ne parlent-ils pas de « lots » de canards ?). Alors, bien sûr, si je compatis – raisonnablement – aux problèmes financiers des éleveurs de ces « bêtes », je compatis plus encore -moins émotionnellement que par réflexe humaniste – au drame que vivent les « animaux de ferme », exterminés (les autorités sanitaires parlent honteusement de « dépeuplement »), par millions s’agissant des canards – on parle de quatre ou cinq millions, ce qui est considérable, quand on sait que certains abattages ont été faits à titre préventif pour éviter la contamination de l’épidémie de grippe aviaire – épidémie, on le sait, déclenchée à l’occasion du transport des animaux.

La question est posée : une agriculture humaniste, écologique, est-elle définitivement impossible ? Avons-nous besoin, nous les humains dits « civilisés », de viande, autrement dit, de chair animale pour vivre ? Et, dans le cas présent, avons-nous besoin de consommer foie gras et autre cassoulet pour nous sentir pleinement Français ? Non, évidemment, dans les deux cas.
J’entends bien sûr l’objection : mais c’est toute une région qui vit de ce commerce d’élevage, un élevage qui fait vivre des milliers de gens, et puis il y a la gastronomie française. Imagine-t-on, me rétorque-t-on encore, un repas de fête de fin d’année sans foie gras, dinde ou saumon ? Ah ! l’argument de la « culture gastronomique » ! On sait combien les défenseurs de corridas savent se réfugier lâchement derrière l’argument culturel, pour justifier les mises à mort dans les arènes !
Non, je vous le dis, on ne me fera pas pleurer aujourd’hui devant des salles de gavage vides, devant un productivisme sans bornes. N’est-il pas temps d’inventer une autre agriculture, moins dégradante de la nature, moins exterminatrice ? J’en suis, pour ma part, intimement convaincu.

A LIRE : « Merci Will et à bientôt », ED. LGO (en vente sur les sites Amazon, Fnac, etc.)

 

Michel Fize, sociologue, défenseur de la cause animale

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *