Faire un don au site

Vos dons sont essentiels, ce sont eux qui assurent le développement du site et garantissent son indépendance.













Nombre de visiteurs en ligne

Bobigny laissé faire

Disons-le clairement, les libéraux, qui sont pour le laisser-faire, n’auraient pas laissé faire Bobigny.

Alors même que nous sommes supposés être sous le coup d’un état d’urgence, la possibilité avérée des émeutes de ces derniers jours dans la banlieue ne laisse aucune place au doute : le pouvoir a choisi de ne pas faire pleinement respecter l’ordre. Reste à tenter de comprendre ses motivations.

Je ne m’étendrai pas sur la preuve éclatante de l’échec de la « politique de la ville » héritée de 1981 que ces événements apportent. Quelques cents milliards partis en incendies de voitures, cela me fait penser à l’aide aux pays en voie de développement : de la corruption, de la bonne conscience, mais rien de concret qui arrive sur place et qui permette l’autonomie et la prospérité des populations.

Sinon, on est en droit tout d’abord de s’interroger sur la faible prévention policière, et même sociale. Il n’est pas logique ni normal que les zones connues pour être « à risque » ne soient pas aussi celles où la présence policière est la plus dense. On ne peut pas prévenir le terrorisme et les émeutes en même temps, faute de moyens ? On ne peut pas être partout ? Alors à quoi sert l’état d’urgence ? Les libéraux, au passage ont une réponse à cet enjeu : laissez les gens s’armer pour se défendre.

Une première erreur consiste à croire que la police est là pour nous protéger de tels débordements. Quiconque prend la route de temps en temps aura croisé ces longs convois de cars de CRS dont on se demande où ils vont. Faites le test, la réponse est simple : ils vont là où il y a besoin de protéger les politiciens, lors de leurs déplacements ou lors de leurs meetings de campagne. Mais pas pour apporter des renforts aux forces tentant de mettre la pègre et la délinquance hors d’état de nuire.

La seconde erreur, ce serait d’oublier que le principe de la croissance continue de l’état repose sur la peur et la création du chaos, pour se rendre indispensable. Il faut donc laisser de tels scandales se produire pour pouvoir ensuite justifier l’appel à l’extension de l’état d’urgence et à la contrainte.

Et puis bien sûr, hélas, il faut se souvenir que nous sommes en campagne électorale. Et donc se demander à qui profite le crime, même si cela peut sembler gros et improbable. Or il semble logique d’oser croire que la peur de la violence sert la position de Marine Lepen. Mais le pouvoir en place n’est pas si stupide, il parie bien sûr, comme en 2002, que Le Pen sera un repoussoir et donc que les votes iront de manière écrasante pour son adversaire. Vu où en est Fillon et vue l’origine téléguidée de ses affaires, on peut donc penser que c’est Macron qui profite de tout ce joyeux foutoir.

Evidemment, cela n’est qu’une hypothèse, la chose politique est tellement complexe dans sa réalité que tous les scénarios sont hélas identiquement vraisemblables, et c’est une véritable inquiétude.

En fait, les « événements » de Bobigny illustrent combien le pouvoir policier une fois mis entre les mains des politiciens, quel que soit leur bord, est une chose dangereuse pour notre sécurité. Les libertariens le clament sans cesse, la liberté et la sécurité vont de pair et l’une ne peut venir obérer l’autre. La seule sécurité authentique vient des citoyens eux-mêmes, pas d’un monopole de police.

S. Geyres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *