Faire un don au site

Vos dons sont essentiels, ce sont eux qui assurent le développement du site et garantissent son indépendance.













Nombre de visiteurs en ligne

L’abondante épargne des Français ne sert pas assez le financement des entreprises

Emmanuel Macron, ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique dans le gouvernement Manuel Valls II. Photo prise le 12 mail 2015

 

La réputation de « champions de l’épargne » des Français n’est pas usurpée puisque d’après la Banque de France, cette épargne a atteint 3,9 milliards d’euros en 2015. Ce montant correspond à un taux d’épargne brut de 16%. A titre de comparaison, ce taux n’est que de 6,8% pour les Etats-Unis. Ainsi, pour Emmanuel Macron, « nous sommes un pays qui a une épargne financière abondante mais qui l’utilise mal, et qui a un problème de financement de notre économie réelle. »

Ce problème de financement des entreprises provient en partie du fait que les Français favorisent peu les placements en assurance-vie ou fonds de pension qui sont sources de financement pour les PME. A titre de comparaison, les Anglais investissent plus de 60% de leur épargne dans ces types de placement alors que ce taux atteint à peine les 40% pour la France. En favorisant l’épargne bancaire classique, « nous sommes l’un des pays qui a le plus de difficulté à financer son innovation, la croissance de ses entreprises, plus largement les fonds propres » analyse Emmanuel Macron.

Ces difficultés de financement se posent cependant moins pour les grandes entreprises françaises (notamment celles appartenant au CAC 40) puisqu’elles bénéficient d’une notoriété qui leur permet d’attirer des investisseurs étrangers (à hauteur de 65% de leur capital). Emmanuel Macron souligne néanmoins le débat qui entoure ce constat, qui est « celui de la dépendance de ces entreprises à un financement qui n’est pas national ou qui serait largement trop international. »

Lire la suite de l’article

Une Réponse à L’abondante épargne des Français ne sert pas assez le financement des entreprises

  1. DUPRAZ Répondre

    4 janvier 2017 a 14 h 31 min

    Toujours juste, mesuré ce Benjamin Griveaux. Il est là où il faut et quand il faut. Bonne chance
    Ne me relancez pas je suis une adhérente cotisante de la première heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *